Rome - Nanterre

Gian Manuel Rau

avec Dominique Reymond

d'après les textes de Valérie Mréjen

 

A l’origine, il y a une carte blanche donnée à Dominique Reymond au Festival d’Avignon. Pour inventer avec elle ce « Sujet à vif », elle s’est assuré la complicité de Gian Manuel Rau. Ensemble, ils ont imaginé une forme courte, Trois quartiers, à partir de textes de Valérie Mréjen : trois âges de l’existence d’une femme. Aujourd’hui, le désir de déployer une forme plus vaste, de traiter une matière plus ample débouche sur cette création. Toujours la même auteure, la même actrice, le même metteur en scène pour évoquer une femme qui voyage dans sa propre vie et dans celle des autres. L’enfance, l’adolescence, la vieillesse semblent composer les figures d’un manège qui tourne. C’est un jeu. C’est un bal. C’est une quête. C’est un assemblage de morceaux qui forment un kaléidoscope biographique. Ou, comme le dit Gian Manuel Rau : « Sept autoportraits authentiques qui révèlent le désir d’identité intemporelle. Sept contes véridiques. »

 

Création  -  3 décembre 2013

Théâtre Vidy Lausanne

 

 

 

Avec :
Dominique Reymond

Mise en scène :
Gian Manuel Rau

Textes :
Valérie Mréjen

Assistante mise en scène :
Isis Fahmy

Scénographie et costume :
Anne Hölck

Espace sonore :
François Thuillard

Voix :
André Marcon
Les villageois des Grisons et du Tessin

Lumière :
David Perez

Son :
Patrick Ciocca

Vidéo :
Giuseppe Greco

Régisseur :
Pascal Rosset

Accessoires :
Mathieu Dorsaz

Responsable costumes :
Rosi Morill
a

Crédits photographique

Mario Del Curto

Production :
TPN - théâtre

Coproduction :
Centre Dramatique Poitou-Charentes,
La Rose des Vents - scène nationale de Lille métropole - Villeneuve d'Ascq,
TNT - Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées,
Le GRAND ‘R - scène nationale de la Roche- sur-Yon

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
Avec le soutien du Studio Théâtre de Vitry et de La Maison de la Poésie-Paris
Remerciements à la Compagnie Bernard Sobel
Avec le soutien de la Drac Poitou-Charentes.